LOGO CCREEST

BIENVENUE
au CCREEST !

████████████

☻ SITE ACTUELLEMENT
EN RECONSTRUCTION,
À la suite de la défection
du serveur VOILA ... 

████████████

Chez nous ... Chez vous !
Dans le monde du partage,
de la fusion et la diffusion
des connaissances ...
De l'organisation de celles-ci
pour favoriser
la prise de conscience
de l'humanité
pour sa survie préférable

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
► LE RÈGLEMENT INTÉRIEUR ◄
IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
Statuts de l'association renouvelés en cours
communication
CCREEST@orange.fr

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
Voir aussi :
ECE - Extrême centre écologique ◄ 
IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

GM/WA - Gouvernance mondiale

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Imprimerie MOK

Tableau de Mike Capple sur commande du CREST initial *
à l'occasion du
bicentenaire de la mort de Jean Paul Marat
le 13 juillet 1993

* Le CREST est devenu le CCREEST Centre culturel de rencontres esthétique - éthique - scientifique - technique, qui revendique le statut « UTILITÉ PUBLIQUE » 

► Voir aussi la page facebook du CCREES T  

A l'occasion du Bicentenaire de la République Française - 1789/1989 - notre groupe créé le 9 août 1985 - s'est constitué en association - selon la loi 1901 - puis s'est engagé pour la restauration du site de l'Imprimerie de l"Ami du Peuple" - journal édité par Jean-Paul Marat - à côté du restaurant "Le Procope", métro parisien : Odéon. 

Depuis 2001 AD c'est chose accomplie et nous en sommes fiers. La libre entreprise CCREEST souhaite maintenant votre participation à ses activités culturelles. 


Avec vous,
pour l'élaboration

d'une ère planétaire
de paix.

* L'idée originale du CREST est née lors d'une de mes expositions de peintures (été 1985) en discutant avec les invités et visiteurs. Il s'agissait de valoriser un espace culturel qui ne soit pas le territoire des marchands. Un peu du style maison de la culture, mais sans avoir de comptes à rendre à l'administration. J'ai ainsi entrepris les démarches qui m'ont menées un an plus tard à écrire à François Mitterrand pour faciliter la création d'uneCellule de Recherche Esthétique - Science - Technique

 Je lui précisais que le lieu idéal serait l'ancienne imprimerie de Marat - à l'époque complètement délabrée - et que le mécène pressenti serait paradoxalement en cheville avec le ministère de la défense. Argumentant, dans un mémoire intitulé  " La création se parachève au présent ", qu'un tel organisme m'apparaissait plus utile qu'un nouveau navire de guerre ... Le tout, "... pour harmoniser la science et la technologie d'aujourd'hui avec l'homme et son histoire universelle." ... Il me répondit alors de m'adresser plus directement aux ministères concernés, soit ceux de la Défense et de la Culture. 

Bien sûr je le fis, et l'année suivante, en 1987 - via le Ministère de la Défense - vit la création du CREST de l'école Polytechnique : "Centre de recherche et d'études pour l'évaluation des stratégies et des technologies". Puis parallèlement, l'idée culturelle continua de germer jusqu'à donner naissance à la très grande bibliothèque de Tolbiac, justement appelée du nom de celui qui a su donner à mon projet une dimension planétaire.

Pierre Heymann

Imprimerie de Marat par Balthus

Deux Pétitions illustrent les travaux du CCREEST pour une meilleure compréhension des peuples de notre monde terrestre : 

1 - LES NATIONS > succès

2 - POUR LA PAIX > en cours

 ________________

Dans ce tableau de Balthus
où se cache la guillotine ?
Question apparemment saugrenue...

Ce tableau connu « La cour du commerce Saint André », se situe au détour de la voie aujourd’hui couramment nommée « Le passage du commerce Saint André. » C’est l'allée pavée (les pavés sont d'époque) qui va du boulevard Saint-Germain à la rue Saint-André-des arts. On y accède aussi par la rue de l'Ancienne comédie, angle de vue du motif. Apparemment rien de mystérieux dans ce tableau, il est peint en 1952. Pourquoi s’interroger sur cette peinture ? Parce qu’il y a là un détail qui questionne. Ce détail est central : cette espèce de petit chien qui fait aussi penser à un agneau. Que peut faire un agneau tout blanc au milieu de ce passage, au centre de cette scène urbaine, extrêmement familière a priori ?

La cour Saint André est un haut lieu de la Révolution française. Il y a évidemment le café Procope qui était le siège des premiers révolutionnaires. En face, une cour fermée par une partie de l'enceinte construite par Philippe Auguste (dont une tour) sur laquelle fut adossé/édifié à l'époque, en 1776, le bâtiment qui existe encore aujourd'hui.

 Au numéro 8 , il y avait la fameuse imprimerie où Marat faisait imprimer « l’Ami du Peuple ». Journal qui deviendra le “Journal de la République Française", ancêtre de l'actuel JO “Journal officiel”. Il utilisait les poinçons "Romains du Roy" confisqués à Versaille lors des premières émeutes. Une imprimerie Typographique existait encore là en 1975. Cette imprimerie avait eu comme propriétaire, en 1792 un an avant la mort de Marat, Guillaume Marianne Brune qui était un des premiers fondateurs du club des cordeliers, avec Danton, Desmoulins et Hébert. 

  Par le numéro 6 , on accédait au premier étage, à un cabinet de lecture tenu par Félicité Dupont, veuve Brissot - illustre jacobin décapité en 1793 quelques mois après la mort de Marat. Il avait été constitué partir de l’immense bibliothèque de Brissot.

  Au numéro 4 , il y avait une serrurerie qui  existait encore en 1975. La serrurerie est indiquée par la clé d’or au centre du tableau. C’est dans cette serrurerie qu’on a forgé la première lame de la guillotine qui fut expérimentée en 1792 en ce lieu même, sur un agneau avant qu’elle ne fût expérimentée à l’hôpital de Bicêtre sur trois cadavres. Les plaques de fondations de la première quillotine existent encore. Elles se situent justement là où Balthus avait posé son chevalet. Quatre mètres sur les canoniques trente-huit centimètres de largeur.

Aujourd'hui, la peine de mort est abolie en France depuis 1981. Au niveau mondial, le 18 décembre 2007, l’Assemblée générale de l'ONU
a adopté sa résolution appelant à un moratoire sur les exécutions.
En effet, la mort n'est pas une peine, c'est une délivrance.

00000 dette +

 ▼ 
 ► Cliquez ici pour ◄  
  LA MERVEILLE DE NOTRE MONDE  
   en clair 
 ▲ 

« Le paradis n’est pas un lieu,
c’est un état d’âme ... et il faut soigner le corps
pour que l'âme s'y plaise.
»

Le noeud du présent