Mathématique & Science

Math+®matique et science

Une approche spirituelle
de la racine des connaissances

La ou les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations.

Elles désignent aussi le domaine de recherche visant à développer ces connaissances, ainsi que la discipline qui les enseigne.

Les maths se distinguent des autres sciences par un rapport particulier au réel. Elles sont de nature purement intellectuelles, basées sur des axiomes déclarés vrais (c'est-à-dire que les axiomes ne sont pas soumis à l'expérience mais ils en sont souvent inspirés notamment dans le cas des mathématiques classiques) ou sur des postulats provisoirement admis.

DIFFERENCES SURVENUES ENTRE MATHEMATIQUES ET SCIENCES

D'abord issus du grec mathema et plus tard du latin scientia ces deux mots signifient tout deux
« connaissance » 

L'exactitude ne peut être relative qu'à un seul système de réalité. Par définition le zéro n'existe pas. C'est le Non-être. 

Mais " ce que les hommes veulent en fait, ce n'est pas la connaissance, c'est la certitude." conclu Bertrand Russel, mathématicien et philosophe moderne.


Un énoncé mathématique est considéré comme valide lorsque le discours formel qui établit sa vérité respecte une certaine structure rationnelle appelée démonstration, ou raisonnement logico-déductif.

Bien que les résultats mathématiques soient des vérités purement formelles, ils trouvent cependant des applications dans les autres sciences humaines et dans différents domaines de la technique.C'est ainsi que Richard W. Hamming peut parler de

« La déraisonnable efficacité des mathématiques
dans les sciences
de la nature
»
.

Alors en toute rationalité, on préfère parler d'une Origine 0
qui engendrerait l'Être, le 1. Soit : 00 01 10 11 010 011 etc.
On obtient alors le système binaire - issu du "comput digital "
(5 + 5 doigts des deux mains) antique - étudié et simplifié
à l'extrême par les Cisterciens, dès le XIIe siècle. 

T+®tractys +®toil+®e

1 - point (abstrait )
Le point est infinitésimal
et n'a pas de surface. Mais il existe. 

2 - ligne (abstrait )
La ligne peut représenter une mesure mais n'a pas de surface. 

3 - plan (abstrait et concret )
Le plan est une surface indéfinie
qui a une existence pratique.

4 - solide (concret )
Le solide est un volume en trois
dimensions. Il est préhensile.

1 + 2 + 3 + 4 = 10 >>>> CORPORALITÉ > OBJECTIVITÉ 
> CONCRET

5 - Acquis (concret )
Correspond au premiers calculs
sur les doigts de la main
(5 + 5)

6 - Choix (abstrait )
Les six faces du cube (dé) indiquent paradoxalement
la multiplicité basique du choix.

7 - But - enjeu - cible (concret )
Nombre cosmique par excellence -  puisqu'il ordonne le déroulement du temps sur la planète Terre. Il représente l'enjeu vital, la décision de l'individu.

8 - Équité (abstrait et concret)
Revient sur lui-même comme pour s'équilibrer. Symbolise la justice,
comme tout doit revenir à la cause première d'un différends. 

9 - Recherche - réflexion
(abstrait et concret ) ...
Dernier chiffre et première énigme, comme pour compter à partir de soi-même que l'on retire du groupe ... Voir "ennéagramme" et personnalités. 

10 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 = 45 => 9 > SPIRITUALITÉ > SUBJECTIVITÉ
> ABSTRAIT
---------- recommencement ----------

1 + x = unité dans la multitude = x + 1 (+ ou -)
1 / x
= unité séparée de la multitude = x / 1 ( / ou X )
Connu
= ce qu'on sait exister : abstrait et concret (vu qu'on ne sait pas tout)
Inconnu
= ce qu'on ignore (abstrait)
Reconnu
= ce qu'on peut apprendre (concret )

CONSTANT = ce qui reste immuable
( air + eau + terre + feu + esprit )
selon les cinq constantes fondamentales qui déterminent nos existences d'êtres vertébrés. 

Tous les éléments
composent la matière première et se conjuguent selon l'esprit initial
qui les agence

CONSTRUCTION & CRÉATION
Détruire pour mieux reconstruire et non pas simplement détruire. Comme refaire un calcul mathématique ou recommencer une expérience scientifique demeure la pierre d'achoppement de toute réalité.

diff+®rentes proportions du nombre d'or

Une approche matérialiste
de l'ensemble des connaissances

La science est, ce que l'on sait pour l'avoir appris, que l'on tient pour vrai au sens large, fondé sur des relations objectives et vérifiables.

La volonté de la communauté scientifique, garante des sciences, est de produire des « connaissances scientifiques » à partir de méthodes d'investigation rigoureuses et reproductibles. Quant aux « méthodes scientifiques » et aux « valeurs scientifiques »,elles sont à la fois le produit et l'outil de production de ces savoirs et se caractérisent par leur but, qui consiste à permettre de comprendre et d'expliquer le monde et ses phénomènes de la manière la plus élémentaire possible en se rapprochant autant que faire se peut, des faits observables.

La science est ouverte à la critique et les connaissances scientifiques, ainsi que les méthodes employées, sont toujours ouvertes à la révision..

Ces connaissances restent à la base de nombreux développements techniques ayant de forts impacts sur la société.

Les premiers philosophes ont naturellement été amenés à définir les principes dit scientifiques. Mais se faisant ils ont été contraint à une rigueur de jugement devenue essentiellement liée à une réalité physique faisant abstraction de la réalité spirituelle.

La science d'aujourd'hui se voulant exhaustive dans tous les domaines de la connaissance se compose d'un ensemble de disciplines dont chacune étudie un aspect particulier du savoir. 

Restent alors les sciences curieusement qualifiées d'humaines. Comme si les autres domaines de savoirs n'étaient pas des réflexions spécifiquement liées à l'humain. Soit sociales, morales, et ethniques, profondément attachées à la religion. Ou encore à la psychologie, l'économie et la politique, etc. Sans parler des sciences occultes ou divinatoires qui ont tout juste droit de cité chez les savants reconnus.

Tao math et science

La planète est un ensemble cohérent de deux certitudes fondamentales et complémentaires : esprit et matière. 

La matière
reste précisément quantifiable
 

alors que L'esprit
se révèle
hors dimension.

nombred'ornautile